Blog Archive: Actualités

Quels sont les bienfaits de la farine de châtaigne ?

Consommée depuis les périodes antiques, la farine de châtaigne est un produit traditionnel de la Corse. Elle est obtenue essentiellement à partir du broyage à la meule des châtaignes séchées ou déshydratées. Elle entre dans la préparation de nombreux plats traditionnels et présente de nombreux avantages pour la santé humaine. La farine de châtaigne est créditée de nombreuses vertus nutritionnelles. Elle est très riche en fibres alimentaires et constitue une excellente source d’énergie. Par-dessus tout, elle est savoureuse. Nous abordons ici plus profondément ses bienfaits.

La farine de châtaigne très riche en nutriments

L’un des avantages de la farine de châtaigne est sa richesse en vitamines et en minéraux. On retrouve par exemple dans 100 g de ce produit :

  • 68 mg de magnésium soit 20 % des apports journaliers recommandés (AJR) ;
  • 847 mg de potassium soit 43 % des AJR ;
  • 3 mg de manganèse soit 160 % des AJR ;
  • 215 μg de vitamine B9 soit 108 % des AJR ;
  • 164 mg de phosphore soit 23 % des AJR ;
  • 0,5 mg de cuivre soit 50 % des AJR…

Il faut rappeler que ces différents minéraux boostent la santé des os et des dents.

Une source par excellence de fibres alimentaires

La farine de châtaigne contient également des fibres alimentaires. Pour 100 g, elle en contient près de 12,6 mg, soit 50 % des apports journaliers recommandés. Ces dernières résistent facilement à la digestion et sont responsables d’un bon transit intestinal. En effet, elles facilitent le déplacement des aliments dans le tube digestif et ont un effet coupe-faim. De plus, elles luttent efficacement contre la constipation et la diarrhée. En dehors de ces points positifs, les fibres alimentaires veillent à la stabilité de la glycémie qui est régulée grâce au flux d’énergie lent qu’apportent les glucides présents dans la farine de châtaigne. Pour finir, les fibres alimentaires alimentent les bactéries favorables qui sont présentes dans l’intestin.

Une farine sans gluten avec une propriété antioxydante

La farine de châtaigne, à l’opposé de la farine de blé, est dépourvue de gluten et c’est sans aucun doute son plus grand atout. Cela constitue un bienfait pour les personnes qui sont allergiques au gluten ou qui souffrent d’hypersensibilité ou d’intolérance au gluten. Par ailleurs, la farine de châtaigne comporte naturellement une grande quantité de substances antioxydantes. Ces dernières permettent de lutter contre les radicaux libres. Ceux-ci, lorsqu’ils atteignent des niveaux excessifs dans l’organisme, peuvent engendrer le vieillissement précoce de l’organisme et le stress oxydatif.

Une farine savoureuse avec d’excellentes fonctions cérébrales

Parmi les vitamines dont est riche la farine de châtaigne, il y a les vitamines du groupe B. Ces dernières permettent de maintenir le cerveau en bonne santé et de lutter contre les dégénérescences nerveuses. De même, elles veillent au bon fonctionnement du métabolisme humain et assurent le maintien au quotidien d’un bon niveau de vitalité. Un bon apport en vitamine B améliore la fonction cognitive chez les personnes âgées ou souffrantes d’Alzheimer. Par ailleurs, la farine de châtaigne a une bonne saveur. À l’inverse de la farine de blé qui ne possède aucune saveur, la farine de châtaigne a un goût légèrement sucré et intéressant. Cliquez ici pour en savoir plus sur la farine de châtaigne.

Comment choisir les meilleurs couteaux de cuisine ?

Quel est votre meilleur couteau ? Que vous tranchiez une tomate, un épi de maïs, une pomme de terre ou un os en T-Bone, les bons couteaux sont les outils le plus importants du cuisinier amateur ou professionnel. Un bon couteau durera jusqu’à la prochaine génération s’il est bien entretenu. Voici quelques conseils pour guider votre choix.

LE COUTEAU DU CHEF

Concentrons-nous sur le couteau du chef : c’est le cheval de bataille de la cuisine qui effectue 90 % des opérations de hachage, de découpage, de tranchage et d’éminçage. Comme la lame de 8 à 10 pouces (20 à 25 cm) du couteau de chef entre en contact répété et parfois vigoureux avec la surface de coupe, elle doit être conçue pour résister à ces impacts.

Nous commencerons par la mitre, la partie épaissie de la lame qui débouche dans le manche.

LA MITRE

La mitre est le point d’équilibre de la plupart des couteaux de chef. Elle ajoute le poids nécessaire au couteau mais, plus important encore, elle sert de rempart et d’amortisseur entre vos doigts et la lame. Sans une mitre émoussée, votre deuxième ou troisième doigt – selon la prise que vous utilisez – pourrait facilement être irrité par le frottement contre l’arrière de la lame. Les couteaux allemands ont tendance à avoir une mitre plus épaisse, ce qui les rend plus lourds pour le mouvement de bascule.  Une mitre moins épaisse signifie un couteau plus léger et plus adapté à un mouvement de tranchage confortable.

Le bord supérieur de la lame est simplement appelé le dos. Certains couteaux – les couteaux dentelés, par exemple – ont un dos étroit ; ils sont efficaces pour les tranchages fins. Mais sur un bon couteau de chef, le dos est plus large et plat, ce qui permet de le pousser avec votre main libre lorsque vous avez besoin d’une poussée ou d’une stabilité supplémentaire.

LA LAME

Le dos de la lame s’étend jusqu’à la pointe, qui s’incurve à son tour jusqu’au bas de la mitre. Toute cette partie inférieure, de la pointe à la mitre, s’appelle le tranchant. C’est le côté de travail de votre couteau de chef.

La pointe est la partie la plus étroite du tranchant et comprend la pointe et les premiers centimètres du tranchant. Un cuisinier perspicace apprend que la pointe est essentiellement un couteau dans un couteau, un outil de coupe fin pour émincer les champignons, les oignons verts, les tomates cerises, etc. La pointe est également la partie la plus vulnérable du couteau ; elle ne doit jamais être utilisée comme un ouvre-boîte ou un outil pour faire levier, et elle peut se tordre pu se briser si elle tombe sur le sol.

Lorsque nous coupons avec un couteau de chef, nous utilisons souvent un mouvement de bascule en raison de la partie incurvée du tranchant, appelée bascule. C’est là que se trouve la majeure partie de l’effilage de la lame. Derrière la bascule se trouve le talon, la partie la plus épaisse du tranchant. Vous vous fiez à la bascule pour hacher un bouquet de persil, tandis que vous appuyez sur le talon, avec votre paume libre poussant sur le dos, pour couper en deux une grosse courge d’hiver (peut-être, par sécurité, en perçant d’abord la peau avec la pointe pour faire pénétrer la lame).

LA SOIE

L’extension de la lame prise en sandwich à l’intérieur du manche est appelée la soie. Traditionnellement, et c’est le cas également pour les couteaux de table Thiers, les meilleurs couteaux ont une soie pleine, de la même taille et de la même forme que le manche et dont le bord est visible tout autour du manche. Aujourd’hui, la tendance est à l’abandon des couteaux à soie pleine, car les fabricants trouvent de nouveaux moyens, moins coûteux, de fixer une soie partielle au manche.

Il existe de bons couteaux dont la soie n’est pas visible. Les pièces du manche sont légèrement plus grandes que la soie elle-même et sont ensuite thermoformées directement sur la soie, un système qui est fait pour durer, mais pas aussi qualitatif de le couteau plein manche.

MANCHE DE COUTEAU

En ce qui concerne les manches, le bois est beau mais ce n’est pas le meilleur matériau pour les manches de couteaux. Après plusieurs lavages et séchages (qui font gonfler et rétrécir le bois), les rivets peuvent finir par se détacher et réduire la durée de vie de votre couteau. Les meilleurs couteaux de cuisine ont des manches en plastique résistant aux chocs, comme le polypropylène ou le nylon en fibre de verre.

N’achetez qu’un couteau qui s’adapte confortablement à votre main et que vous pourrez tenir fermement même si votre paume transpire.  Si vous collez la lame contre une planche à découper, le couteau ne doit pas sembler lourd mais plutôt vibrer dans votre main. Vous devez ressentir une connexion avec le couteau afin d’en avoir le contrôle.

MATÉRIAU DE LA LAME

​Considérez l’acier utilisé dans la lame. L’acier au carbone prend bien le tranchant mais s’émousse rapidement ; l’acier inoxydable ne rouille pas mais ne s’aiguise pas. L’acier inoxydable à haute teneur en carbone est un alliage qui combine les meilleures propriétés des deux ; il est facile à aiguiser, conserve son tranchant pendant une période raisonnable et ne rouille pas. À l’exception des couteaux dentelés, qui ne peuvent généralement pas être aiguisés, l’acier inoxydable à haute teneur en carbone est de loin le meilleur type de lame à envisager.

FORME DE LA LAME

Les couteaux plus lourds, de style allemand, ont une lame plus épaisse et une mitre plus épaisse qui est plus propice aux mouvements de balancement. En raison de leur épaisseur, ils ont également tendance à moins s’émousser et à durer plus longtemps. Les couteaux de style français et japonais ont une lame plus légère et plus fine, plus adaptée à un tranchage plus précis et à la maniabilité. Tout dépend de votre préférence. Essayez de trancher des pommes de terre ou des oignons et voyez lequel est le plus agréable à votre main. Essayez également de couper des herbes et assurez-vous que votre couteau ne les écrase pas.

JEU COMPLET DE COUTEAUX

Réfléchissez-y à deux fois avant d’acheter un jeu complet de couteaux de cuisine ; le couteau du chef vous ira peut-être comme un gant, mais l’économe sera peut-être trop petit. Si vous pouvez voir les rivets, sont-ils au même niveau que le manche ? S’ils ne le sont pas et qu’ils dépassent même légèrement, ils irriteront votre main qui coupe.

CONSEILS POUR LE RANGEMENT ET LE NETTOYAGE DES COUTEAUX

Pour durer, les bons couteaux doivent être protégés. Un bloc à couteaux lourd (stable) et indépendant ou un bloc conçu pour être rangé dans un tiroir sont d’excellentes options de rangement s’ils disposent de suffisamment de fentes et sont proches de votre zone de travail.

Nettoyez également les couteaux immédiatement après chaque utilisation et ne laissez pas les aliments durcir dessus. Une fois que vous les avez lavés, séchez-les immédiatement : avec la lame dirigée vers l’extérieur, étendez une serviette sur le dos du couteau et nettoyez doucement la lame de la mitre à la pointe. Rangez-les immédiatement.

De bons couteaux, correctement entretenus, peuvent être des aides culinaires inestimables pour les générations à venir.

Quelles sont les céréales sans gluten ?

S’alimenter sans gluten tout en diversifiant ses sources de nutriments est tout à fait faisable. Pour les intolérants au gluten, il existe fort heureusement, des céréales qui peuvent être utilisées valablement en lieu et place du blé et de ses dérivés. En voici quelques-unes.

1. Le riz

On compte plus de 2 000 variétés de riz. La céréale la plus cuisinée dans le monde, contient des glucides complexes lents, du magnésium et de la vitamine B. Un riz complet cuit à la vapeur fournit plus de fibres et de vitamines.

2. Le millet

Tout comme le blé ou l’avoine, le millet appartient à la famille des poacées, tout en étant dépourvu de gluten. Très digeste, on peut le consommer en flocon, en farine ou en grain. Sa contenance en magnésium est importante.

3. Le sorgho

Le sorgho peut se cultiver partout, particulièrement dans les zones arides. Encore appelé ‘’gros mil’’, le sorgho occupe le 5e rang des céréales les plus cultivées dans le monde entier. On l’utilise plus en farine, en lieu et place du blé.

4. Le sarrasin

On le considère comme céréale parce qu’on l’utilise comme tel. Il est en effet de la famille des polygonacées. Le sarrasin n’est rien d’autre que ce qu’on appelle ‘’blé noir’’. Il ne comporte cependant pas de gluten. Les fins gourmets en font du couscous et de la bouillie. C’est aussi l’ingrédient principal des ‘’galettes bretonnes’’.

5. Le teff

C’est en Éthiopie que le teff est le plus consommé. On en fait d’ailleurs une galette très appréciée des Éthiopiens : l’injera. Cette céréale sans gluten peu populaire, se présente en petites graines de couleur foncée, et se répand de plus en plus sur le marché européen. Consommé en couscous, le teff est réputé bénéfique pour les diabétiques.

6. Le quinoa

Impossible de le manquer dans les magasins bio, le quinoa répond toujours présent. Cette céréale sans gluten a un franc succès dans les assiettes végétariennes. Le quinoa se retrouve sous forme de grains. Grande source de protéines, la plante de quinoa renferme à elle seule, 8 acides aminés essentiels, dont la méthionine et la lysine.

7. Le fonio

C’est sous forme décortiquée et souvent blanchie, que le fonio se commercialise habituellement. Le fonio est proche du teff et ressemble au riz par ses composants nutritionnels. Cette céréale a une bonne teneur en cystine et en méthionine qui sont des acides aminés essentiels.

8. Le maïs

Souvent utilisé comme alternative au blé pour préparer du pain, on le mange en légume, en polenta ou en gâteaux. La semoule de maïs est doublement plus fournie en fibres que le blé.

9. L’amarante

Tout comme le quinoa, l’amarante vient tout droit d’Amérique du Sud. Elle est riche en protéines, en sels minéraux et surtout en fibres. Bien que ses graines soient petites, elle met environ une bonne demi-heure à cuire. On la préfère souvent en gratin, et même en galettes.

En définitive, un régime sans gluten peut s’avérer accessible si l’on connaît les bonnes sources de glucides dénuées de gluten. Pour aller plus loin, voir ce blog de recettes sans gluten.

3 recettes d’enfer pour Halloween

Beaucoup de personnes célèbrent Halloween et se demandent ce qu’on peut bien cuisiner pour pareille occasion ?

Voilà pourquoi, que vous soyez un fan d’Halloween ou non, nous avons répertorié pour vous quelques recettes aussi originales les unes que les autres pour Halloween.

Sucré comme salé, vous pourrez offrir à vos proches et convives un repas digne de cette fête qui leur fera froid dans le dos.

Les Momies feuilletées Vegan

Ca y est vous avez trouvé votre déguisement sur internet ? Il ne vous reste plus qu’à attaquer le coté cuisine pour réussir votre fête !

Nous avons trouvé pour vous une recette végan à cuisiner pour Halloween !

Ces petites momies en pâte feuilletée seront parfaites pour l’apéritif.

Non seulement parce qu’elles sont gourmandes, mais aussi parce qu’elles sont toutes petites et ouvrent l’appétit.

De la pâte feuilletée, quelques saucisses végétales et de la sauce tomate forment l’essentiel des ingrédients pour les préparer vous-même à la maison. C’est une recette facile à réaliser qui ne nécessite pas beaucoup d’ingrédients.

Découpez la pâte feuilletée en forme de momie, garnissez, décorez puis servez !

Astuce pour les momies

Si vous ne voulez pas les faire pour l’apéro, sachez qu’elles sont parfaites en dessert également. Remplacez juste les saucisses à fourrer par des fruits (mangue, ananas, pommes de France, etc.) et amusez-vous à découvrir le résultat dans votre cuisine.

Pour ajouter un effet ensanglanté, vous pouvez utiliser de la confiture de framboise et le tour sera joué.

La raclette de l’enfer pour Halloween

C’est une très bonne idée d’opter pour un plat de raclette le soir d’Halloween. Tout se jouera au niveau de la présentation pour donner à votre plat un côté morbide digne d’effrayer le plus coriace de vos proches. Pour réaliser cette recette, vous aurez besoin de très peu d’ingrédients :

  • D’un faux crâne ;
  • De la charcuterie ;
  • Des pommes ;
  • Et une tomate.

Comment cuisiner ce plat?

De manière globale, il suffit de décorer un faux crâne avec de la viande ou de la charcuterie. Ensuite, vous devez placer deux parties d’une tomate sur le haut de la tête pour faire les cornes, précuire les pommes et les placer tout autour du crâne ; sans oublier d’ajouter un peut de charcuterie.

De quoi effrayer vos convives tout en les mettant en appétit…

Les frites au four pour Halloween

C’est une recette qui demande beaucoup de patience et d’agilité. En effet, pour découper les frites en forme de citrouilles et fantômes, vous allez devoir faire preuve de beaucoup de minutie. Étant donné que toutes les recettes proposées pour Halloween ne doivent pas avoir pour but de faire fuir les convives, il faut savoir alterner entre le super et le moins effrayant.

Comment cuisiner les frites?

Pour pouvoir réaliser des citrouilles, il est préférable d’utiliser des patates douces pour obtenir naturellement la jolie couleur orangée, digne d’Halloween. En ce qui concerne les fantômes, de simples pommes de terre feront l’affaire.

N’hésitez surtout pas à inclure vos enfants dans la préparation de cette recette. Vous devez compter 20 minutes de préparation et 10 minutes de cuisson pour ces jolies frites. Il ne vous restera plus qu’à les déguster accompagnées de burgers.

Pourquoi la hotte est-elle indispensable dans une cuisine ?

Que ce soit pour une cuisine professionnelle ou celle d’un particulier, vous ne devez pas négliger l’installation de cet équipement. En effet, les matières grasses sont nombreuses au même titre que les projections. Les murs peuvent se salir très rapidement, ce qui entraîne un non-respect des conditions d’hygiène. Nous vous conseillons d’installer une hotte pour cuisine professionnelle pour supprimer ce désagrément en ciblant la performance la plus adaptée.

Quel est l’intérêt d’une telle hotte ?

Bien sûr, la puissance ne sera pas identique pour une hotte destinée à une cuisine classique ou celle proposée dans un restaurant qui s’occupe de plusieurs dizaines de plats. Lorsque vous la mettez en route, les graisses ainsi que la vapeur sont absorbées par un conduit et filtrées grâce à un accessoire spécifique qui est souvent un filtre à charbon. Cela évite les rejets dans l’atmosphère, car ils peuvent être problématiques pour les salariés.

  • La hotte est donc à installer au-dessus d’un support pour le four, une plaque de cuisson et tous les appareils qui vous aident à cuire des aliments.
  • La condensation sera nettement plus faible, cela permet d’avoir une cuisine relativement saine.
  • Comme les matières grasses sont aussi absorbées et filtrées, vous n’aurez pas des dépôts sur les postes de travail.

Avec une hotte pour cuisine professionnelle, vous limitez l’entretien tout en respectant les normes d’hygiène imposées par le gouvernement. Le choix de ce matériel est donc important que ce soit pour les restaurateurs ou les particuliers. Les cuisines sont souvent rongées par l’humidité, les dépôts de gras ou encore les résidus de cuisson et cela facilite la prolifération des bactéries et des moisissures.

L’impact sur la qualité des repas peut être très important, il ne faut donc pas hésiter à acheter la hotte la plus performante en fonction de la superficie de la cuisine et des besoins en matière de cuisson.

5 types de sushis différents à essayer

Si vous pensez que les sushis ne sont que du poisson cru, vous allez être surpris. Lorsque vous ouvrez le menu d’une sushi-ya, vous pouvez être déconcerté par la variété des types de sushi. Du célèbre makizushi (sushi roulé) aux délicats nigiri, il faut un certain temps pour se souvenir des différents types de sushi. Mais n’ayez crainte, cet article vous aidera à rafraîchir vos connaissances en matière de sushi et à élargir vos goûts au-delà du California roll occidental.

Alors, qu’est-ce que le sushi ?

Le sushi est considéré comme un plat composé de riz assaisonné de vinaigre, de sucre et de sel, servi avec des ingrédients tels que des fruits de mer et des légumes. La possibilité de combiner différents fruits de mer avec le riz vinaigré du sushi est vaste, offrant aux amateurs de sushi beaucoup de choix et de variété. Au fil du temps, au Japon et ailleurs, des modifications ont été apportées au sushi japonais traditionnel, donnant lieu à de nombreux types de sushi différents pour satisfaire les papilles gustatives aventureuses.

5 différents types de sushis à essayer

Voici 5 catégories différentes de sushi, allant des variétés courantes aux types moins connus ayant de profondes racines historiques.

  • Nigiri
  • Makizushi – Sushi roulé
  • Chirashizushi – Sushi « éparpillés »
  • Inarizushi
  • Temarizushi – Sushi « boule de main »

1 – Nigiri

Pour vous familiariser avec les différents types de sushi, commençons par le plus connu : le sushi nigiri. Ce type de sushi est accompagné soit de poisson cru, soit de tamago (œuf), soit parfois d’un type de légume. Très rarement, vous trouverez ce type de sushi composé d’un morceau de viande plutôt que de fruits de mer. La plupart du temps, il est associé à du poisson cru comme le saumon ou le thon. Parfois, le poisson peut également être cuit ou saisi pour une saveur différente et plus prononcée.

2 – Makizushi (Sushi Maki)

Le makizushi, alias maki sushi, est probablement le sushi que vous reconnaissez le plus, avec diverses combinaisons (ou un seul ingrédient, appelé hosomaki) de poisson, de légumes et de riz à sushi, le tout enroulé dans une feuille de nori (algue). Connu comme le rouleau de sushi traditionnel, vous seriez surpris par les différents types de rouleaux de sushi qui sont disponibles de nos jours pour répondre à de nombreuses préférences différentes.

3 – Futomaki

Il existe différents types de makizushi, dont le futomaki, traduit par « gros sushi roulé ». Aussi direct que soit ce nom, il s’agit littéralement d’un maki sushi roulé épais (généralement végétarien) avec du concombre, des lamelles de tamago (œuf), des épinards et des champignons shiitake. C’est le maki roll le plus classique du Japon et un rouleau de sushi populaire à préparer pour les événements festifs, à emporter dans votre boîte à bento quotidienne ou à apporter aux repas-partage.

4 – Hosomaki

L’hosomaki est considéré comme le type de makizushi le plus basique. Plutôt que d’avoir une combinaison de garnitures, il ne contient qu’une seule garniture, normalement composée de concombre, de saumon, de thon ou de bâtonnet de crabe. C’est le plus petit maki et il est apprécié pour sa simplicité.

 

 

5 – Temakizushi (sushi au temaki)

Une autre variante du maki, le temakizushi, est connu sous le nom de « hand roll ». Un rouleau de main de sushi facile à faire à la maison. Il est roulé avec une variété d’ingrédients, incluant souvent un type de poisson. Le temakizushi se mange à la main, car le prendre avec des baguettes serait encombrant et salissant.

Les bienfaits du curcuma

Présentation et applications en médecine Occidentale

Le curcuma c’est quoi ? Il s’agit d’une plante de la famille des Zingibéracées, originaire du Sud/Sud-Est de l’Asie. Cultivé en Inde depuis l’Antiquité, il sera introduit en Europe par les grandes puissances navales (Hollande, Portugal, Royaume-Uni et France) au XVIIIème siècle.

Les bienfaits du curcuma sur la santé ne sont plus à prouver. Même si son usage diffère en fonction de son utilisation en médecine occidentale, ou traditionnelle (indienne ou chinoise par exemple). Si vous souhaitez en consommer via d’originales recettes, Karine & Jeff dispose d’une large gamme de soupes de légumes, utilisant le curcuma.

Sa principale utilisation (en Occident mais aussi en Asie) repose sur son puissant effet anti-inflammatoire. Une consommation régulière de curcuma permet de soulager les inflammations chroniques ou aiguës, que ce soit lié au système nerveux, système digestif, articulations, muscles…

Consommé en infusion avec un léger jus de citron et un peu de miel, le curcuma permet de luter contre l’acidité de l’estomac (les raisons sont diverses : tabac, alcool, sodas, excès de graisses animales etc), mais également contre les diarrhées, ballonnements, nausée, mauvais transit intestinal, ou encore la constipation.

Les recherches en cours sur le curcuma

Par ailleurs, de nombreuses études et recherches sur le curcuma sont en cours pour évaluer la véracité de certaines hypothèses concernant les bénéfices de sa consommation pour soigner ou prévenir certaines maladies.

  • Le cancer : de nombreux essais cliniques sont attendus et les chercheurs pensent que les effets antioxydants et anti-inflammatoires de la curcumine peuvent aider à prévenir les cancers, de plus la curcumine aiderait également à la prolifération des enzymes qui aident à se débarrasser des cellules cancéreuses.
  • Des études sur la maladie d’Alzheimer semblent indiquer que le curcuma aiderait pour la lutte contre la perte des fonctions cognitives, via notamment le fait que la curcumine permet de détruire les plaques de protéines entrainant la dégénérescence de certaines cellules cérébrales.
  • Le diabète : malgré le peu d’études menées sur les corrélations entre le curcuma et le diabète, un expérience menée sur 2 groupes, (l’un recevant un placebo et l’autre 3 capsules de 600 mg de curcuminoïdes par jours) est très encourageante : en effet, après une petite année, 16% des participants de ceux qui ont pris du placebo on contracté un diabète, à l’inverse, aucun de ceux qui avaient pris de la curcuminoïde n’a développé du diabète, de plus leur condition de santé s’étaient améliorés en voyant leur glycémie baisser.
  • Son effet purifiant : consommé régulièrement, il purifie le sang, les organes ainsi que tout le reste de l’organisme. Utilisé en Asie pour soigner affections hépatiques et les calculs biliaires, il sera utile pour luter contre toutes les maladies du foie

Pour terminer, peu de gens le savent mais le curcuma est également efficace contre la pousse des poils (il est utilisé dans la préparation de masque et pâtes épilatoires en Inde), mais aussi pour soigner les inflammations bucco-dentaire ainsi que le blanchiment des dents.

Connaissez-vous les Ramen ?

Plat équilibré à base de nouilles et de sauce soja, le ramen est une recette délicieuse de soupe aux nouilles qui se mange pour diverses occasions.

Parfaite pour se réchauffer pendant l’hiver, cette soupe est agrémentée de légumes, de poisson ou de viande selon les préférences. Aujourd’hui populaire aux quatre coins du monde, le ramen est revisité de nombreuses façons.

Cette recette est considérée comme un plat national au Japon. Mais le saviez-vous ? Il semble que l’on attribue à tort l’invention de ce plat aux Japonais alors qu’en réalité, il a été importé de Chine, à la fin du 19ème siècle.

On vous explique tout !

Le ramen, une recette typique japonaise empruntée aux Chinois.

Toutes les recherches historiques et hypothèses émises au sujet de l’origine du ramen se rejoignent sur un point : la recette des ramens est bel et bien originaire de Chine et a été importée au Japon tout récemment. Il faut rappeler que le mot ramen désigne à la fois la soupe et les pâtes.

Vers la fin du 19ème siècle, les migrants chinois ont apporté au Japon leurs nouilles locales fines et étirées « le mian » (que les japonais ont appelé ra men).

À cette époque, les Japonais avaient aussi leurs nouilles spéciales qu’ils utilisaient pour la préparation de leurs recettes traditionnelles. Il s’agit des Soba à base de farine de sarrasin et les udon à base de farine de froment. Ces nouilles sont blanches et épaisses.

Les premières soupes de ramen n’étaient pas aussi consistantes que celles que l’on déguste aujourd’hui. C’est un cuisinier chinois de la ville portuaire de Yokohama qui a créé le ramen que l’on connait et apprécie aujourd’hui. Il a préféré pour cette recette les nouilles chinoises, un bouillon épais, de la viande de porc rôti et des œufs durs. Aussi bien dans le choix des ingrédients que celui des nouilles utilisées, le ramen est un plat typiquement chinois.

Mais comme il a vu le jour au Japon, il est considéré aujourd’hui comme un plat typique de la culture nipponne.

La démocratisation de ce plat phare

Jusqu’en 1912, le ramen s’est popularisé au sein de l’archipel. D’abord estimé aux travailleurs immigrés chinois, il se fait connaitre partout au Japon à travers les Yatai. Il s’agit de petits stands mobiles de vente de nourriture. Mais à cette époque, la recette a encore de la concurrence et ne connait pas encore le succès qui lui est dû aujourd’hui.

Il faudra attendre la fin de la Deuxième Guerre mondiale pour que la soupe se démocratise et gagne en popularité. Après 1945, le Japon connait une forte pénurie de riz, obligeant ainsi les gens à se tourner vers les pâtes à base de blé, moins chères mais tout aussi nourrissantes.

Le ramen s’est donc progressivement implanté dans la cuisine japonaise au point de devenir un incontournable. Aujourd’hui, on compte au moins une cinquantaine de versions de ramen dans chaque région du Japon. Cette recette est déclinable à l’infini, selon le type et la forme des pâtes, la garniture et le bouillon choisi.

Le ramen Tonkotsu avec du porc rôti et son bouillon aux os de porc rôtis est la recette la plus connue. Mais vous pourrez aussi essayer des recettes de ramen au poulet, aux fruits de mer, etc.

Idées de salade healthy

Vous pouvez aussi retrouvez d’autres idées de recette healthy sur d’autres sites proposant des recettes saines et gourmandes.

Salade de lentilles avec vinaigrette au tahini

Ingrédients :

  • 2 cuillères à soupe d’huile de colza pressée à froid
  • 320g de patates douces, coupées en cubes
  • 2 grosses carottes, coupées en fins bâtonnets (320g)
  • 2 grandes courgettes , (375g) coupées en morceaux
  • 2 oignons rouges moyens , coupés en deux et en tranches
  • 1 cuillère à café de graines de cumin
  • 2 cuillères à soupe de gingembre finement haché
  • 2 cuillères à soupe de graines de courge
  • 2 boîtes de 390 g de lentilles vertes, égouttées
  • 2 cuillères à café de bouillon de légumes en poudre
  • 1 citron, zesté
  • une bonne poignée de menthe, grossièrement hachée
  • une poignée de persil, grossièrement haché
  • 2,5 à 3 cuillères à soupe de tahini
  • 1 gousse d’ail, finement râpée
  • 2 pots de 120g de yaourt bio
  • un peu de paprika fumé, pour servir

Réalisation de la recette

ÉTAPE 1

Faites chauffer l’huile dans un grand wok antiadhésif. Ajoutez la patate douce et faites-la frire pendant 5 minutes, en remuant fréquemment jusqu’à ce qu’elle commence à ramollir. Si elle commence à brunir trop rapidement, mettez un couvercle sur la poêle. Ajoutez la carotte, la courgette, l’oignon, le cumin et le gingembre, puis faites cuire à feu vif, en remuant fréquemment, jusqu’à ce que les légumes soient tendres et un peu carbonisés. Incorporez les graines vers la fin pour qu’elles cuisent pendant quelques minutes. Retirez du feu et ajoutez les lentilles, le bouillon en poudre, le zeste de citron, la menthe et le persil.

ÉTAPE 2

Pendant ce temps, mélangez le tahini avec l’ail, le yaourt et 1 cuillère à soupe d’eau pour faire une vinaigrette. Répartissez la salade de lentilles dans des bols et garnissez-la de la vinaigrette et du paprika, si vous l’utilisez. Si vous suivez notre plan d’alimentation saine, conservez deux portions dans des récipients et mettez-les au frais jusqu’au moment de les consommer.

Salade d’été épique

Ingrédients :

  • 400g de haricots noirs, égouttés
  • 2 grosses poignées de feuilles de jeunes épinards, grossièrement hachées
  • 500g de tomates anciennes, coupées en gros morceaux
  • ½ concombre, coupé en deux dans le sens de la longueur, épépiné et coupé en biais
  • 1 mangue, pelée et coupée en morceaux
  • 1 gros oignon rouge , coupé en deux et finement émincé
  • 6-8 radis, coupés en tranches
  • 2 avocats, pelés et coupés en tranches
  • 100g de feta, émiettée
  • Une poignée d’herbes aromatiques (réservées pour la sauce)

Pour la vinaigrette :

  • un gros bouquet de menthe
  • petite botte de coriandre
  • un petit bouquet de basilic
  • 1 gros piment vert, épépiné et haché
  • 1 petite gousse d’ail
  • 100ml d’huile d’olive extra vierge ou d’huile de colza
  • 2 citrons verts, zestes et jus
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de vin blanc
  • 2 cuillères à café de miel

Réalisation de la salade :

ÉTAPE 1

Préparez la vinaigrette en mixant tous les ingrédients dans un robot culinaire (ou en les hachant très finement), en gardant quelques feuilles d’herbes pour la salade. Vous pouvez préparer la vinaigrette jusqu’à 24 heures avant de servir.

ÉTAPE 2

Répartissez les haricots et les épinards sur un grand plateau. Disposez dessus les tomates, le concombre, la mangue, l’oignon et les radis et mélangez-les délicatement avec vos mains. Garnissez la salade avec les avocats, la feta et les herbes, et servez la vinaigrette à part.

Comment cuire parfaitement la pintade ?

Cette volaille moins plébiscitée que le poulet mérite pourtant d’être découverte. À la fois goûteuse et peu calorique, cette volaille cache de nombreux trésors. La pintade plaît aux palais les plus fins. Elle se prête à toutes les envies culinaires. Pour l’élevage, vous pourrez notamment avoir quelques informations ici

Comment sublimer une pintade ?

Que ce soit au four, à la vapeur, à la plancha ou encore au barbecue, la pintade se travaille de mille et une façons. La pintade reste une petite volaille, elle dépasse rarement 1,5 kilo. Ce qui peut poser un problème si vous êtes une grande tablée. Avant de cuire votre pintade, pensez à la sortir du réfrigérateur au moins une heure avant de l’enfourner, sa chair sera plus tendre. 

  • Au four, il suffira de la napper de beurre afin qu’elle prenne une belle coloration dorée.
  • Pensez à arroser votre volaille régulièrement afin d’éviter que sa chair se dessèche. Le pochage est une technique très prisée des grands chefs.
  • Plongez-la durant vingt minutes dans un bouillon avant de la passer au four, elle sera beaucoup plus savoureuse.

La pintade est pourtant disponible toute l’année. Elle permet de varier les menus. Elle n’est pas plus difficile à cuisiner qu’un poulet et elle est tout aussi délicieuse. Sa saveur se situe entre celle d’une volaille et d’un gibier. Sa chair est brune. La pintade est riche en vitamine B3, elle joue un rôle important dans la production de l’énergie. Rôtie au four, sautée en cocotte, en papillote, braisée, à la vapeur, au wok, à la plancha, au barbecue, il est possible de cuire la pintade de plusieurs manières. 

Choisissez de préférence une volaille fermière. La pintade se vend aussi détaillée en morceaux si vous ne cuisinez que pour deux personnes. Elle a souvent une image un peu vieillotte pourtant, la pintade accompagne délicieusement les légumes de saison.

Souhaitez-vous manger les cookies de ce site ? Accepter